Unicef : un nouveau rapport mondial sur le développement cérébral de l’enfant

L’Unicef vient de sortir un nouveau rapport mondial concernant le développement cérébral de l’enfant durant la petite enfance. D’après ce document, les 3 premières années de l’enfant, de la conception jusqu’à l’entrée à l’école primaire sont cruciaux, non seulement pour le bon développement de son cerveau mais pour son épanouissement personnel dans le futur. A cette période, plus de 1000 connexions neuronales par seconde peuvent se former chez l’enfant. Comment la gérer pour que le bébé soit plus apte à apprendre et en meilleure santé ?

Les interactions simples comme jouer, câliner, parler et chanter sont les plus bénéfiques car elles stimulent les dites connexions, c’est scientifiquement prouvé. Une bonne alimentation est également requise pour soutenir l’activité cérébrale car à cet âge, plus de la moitié de la nourriture (50 à 75%) y contribuent. Un enfant maltraité, violenté, traumatisé ou encore mal nourri sera en revanche sujet à des retards ou des perturbations du développement du cerveau et de la croissance en général. Il aura plus de mal à apprendre, à intégrer le monde du travail une fois à l’âge adulte. L’organisme rappelle donc dans ce rapport que l’environnement cognitif, émotionnel et social entourant un enfant est déterminant pour le bon développement de son cerveau. Il incite les gouvernements à investir davantage dans la petite enfance que dans les programmes sanitaires et éducatifs car les enjeux sont nombreux : hausse du niveau d’éducation, hausse de revenus, amélioration de la santé, avenir sûr, baisse du taux de criminalité…