Autolib, supprimé de Paris dans les jours à venir

Depuis 2011, le groupe Bolloré a assuré la circulation des voitures électriques en libre partage ou Autolib dans la ville de Paris et dans ses banlieues. La continuité du dispositif a été discutée lors d’une réunion tendue et animée du comité syndicale, rassemblant 103 communes partenaires dont la ville de Paris représentées par leurs élus et le groupe Bolloré, représenté par son directeur général en personne.

Suite à cette réunion, il semble que la fin du service sera finalement effective dans les jours à venir. Et pour cause, le lourd déficit de l’entreprise dans la capitale et ses banlieues.  Bolloré a adressé un courrier à  ces communes le 25 mai, ayant pour objet la réclamation de 233 millions d’euros pour rembourser la dette du service. Chose que le Syndicat a refusé de faire dans un communiqué officiel. Il a annoncé vouloir trouver un terrain d’entente avec Bolloré pour une sortie de contrat qui satisfera les parties prenantes. De son côté, le directeur général du groupe Bolloré Gilles Allix se dit prêt à aller devant le tribunal administratif. Le conflit entre les partenaires étant ainsi évident, le contrat du 25 juin liant les communes au groupe Bolloré est par conséquent résilié. Reste à savoir la date exacte de l’arrêt du service.