Addiction au jeu vidéo, désormais classée comme une maladie par l’OMS

L’Organisation Mondiale de la Santé a officiellement reconnu le « trouble du jeu vidéo » comme étant une maladie, à l’instar de l’addiction aux jeux d’argents ou encore à la drogue. L’institution internationale l’a inscrite dans la 11ème version de la Classification internationale des maladies (CIM), mieux connue sous le sigle ICD en anglais, à l’occasion de la première mise à jour de la fameuse nomenclature depuis plus de deux décennies. La pathologie y est décrite comme étant « un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, caractérisé par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables ».

Sera diagnostiqué comme joueur compulsif et souffrant de trouble de jeux vidéo, l’individu qui souffre d’addiction anormale au jeu sur une période minimale d’un an. Le comportement doit donc avoir des incidents sur les activités familiales sociales, éducatives et professionnelles selon les explications fournies par le directeur du département de la Santé mentale et des toxicomanies de l’OMS, Shekhar Saxena. Autrement dit, l’individu joue au point d’oublier le sommeil, les repas et tout autres centres d’intérêts et de mettre en danger  leur santé mentale et/ou physique. Les troubles ne touchent qu’une petite partie des 2,5 milliards joueurs aux jeux vidéo et jeux numériques dans le monde.